Internet et le monde du travail : des RH à la com’, ça commence à bouger sérieusement

24 mars 2010


« Faut-il couper Internet au travail ? » : vous vous souvenez de ce titre, un chouilla provocateur, que nous avions lancé, début janvier, à l’occasion d’une journée de débats-simulations organisée par la branche française de l’Isoc à l’université Paris-Dauphine ?

Preuve que le sujet intéresse particulièrement,
des ouvrages entièrement dédiés à cette question des relations entre monde du travail et web s’invitent à présent en librairie. Deux publications récentes se penchent ainsi sur cette question – en adoptant toutefois des angles d’approches différents.

Première position :
celle de Vincent Ducrey, actuel conseiller Internet du ministre de l’Education nationale et porte-parole du gouvernement, Luc Chatel. Dans un ouvrage à vocation globale, baptisé Le guide de l’influence (à paraître aux éditions Eyrolles le 25 mars), l’auteur tente de dresser un tableau aussi exhaustif que possible des relations entre organisations (entreprises, administrations, collectivités, …) et web. Et ce à tout point de vue : nouvelles manières de communiquer, conséquences sur les ressources humaines, … .

L’argumentation tient en quelques points, soigneusement packagés dans une théorie que l’auteur appelle « Hub-management ».

Mort du buzz et naissance de l’influence, détails sur les générations qui cohabitent désormais à l’intérieur de l’entreprise, Vincent Ducrey présente quelques-uns des constats posés dans son ouvrage :

Et voici quelques détails sur son argumentation, qui tient en trois temps :

- Etape une :  les nouveaux circuits de l’information.

Les nouveaux vecteurs de diffusions (de Twitter à Dailymotion, en passant par les forums de discussion)  remettent largement en question le circuit traditionnel de l’info qui suivait, selon l’auteur, une chaîne quasi-imperturbable (dépêche d’agence de presse –> radio –> télé –> presse écrite (j+1) -> conversations). Quel créneau (jour, heure, …) devez-vous plébisciter pour garantir à vos communications un taux de reprise maximum ?

- Etape deux : passer du buzz à l’
influence

Occuper le terrain au jour le jour, c’est bien … mais ne faut-il pas, également, s’investir à plus long terme ?

- Etape trois : une révolution des fonctions

Pour réussir tout cela, c’est une véritable révolution dans certaines fonctions et habitudes de travail qu’il va falloir mettre en œuvre. « C’est terminé, le comité de pilotage classique, qui se réunit une fois par mois et que l’on doit faire durer jusqu’au moment du déjeuner parce que l’on se sent obligés, diagnostique par exemple Vincent Ducrey. Le bon management, aujourd’hui, ce serait par exemple de réserver tous les jours 15 minutes au traitement de ces dossiers, quitte à ce que les participants interviennent à distance, … ». Le « hug-management » suppose donc la création d’une « hub-room », et ainsi de suite …

a

Lire la suite sur Regardssurlenumérique.fr