Vincent Ducrey sort son guide de l’influence et cherche à théoriser la propagation du buzz sur le net

29 mars 2010

Quelle est l’ambition de votre ouvrage ? Théoriser la propagation de l’information à l’heure d’internet et des médias sociaux ?

J’ai écrit cet ouvrage tout d’abord pour répondre à la question récurrente « c’est quoi exactement ton job »! Responsable de l’influence digitale, chargé de la stratégie Web, ces intitulés encore trop rares dans le paysage professionnel ne cadraient avec aucune fiche de poste traditionnelle. Il était donc temps de poser les bases stables d’une réalité, celle de la communication à 360 degrés presse-Web-terrain et de la nécessaire transposition de cette réalité dans les services de communication, avec de véritables profils experts dédiés pour chacune de ces zones d’influence. La crise a lourdement impacté les services de communication et de marketing, qui ont été les premiers à en subir les conséquences. Nous sommes actuellement dans une période de transition importante dont les décideurs doivent profiter pour mettre en place de nouvelles méthodes de travail, plus proches des nouveaux enjeux de la communication et des RP.

Pensez vous que toutes les organisations, privées ou publiques, doivent désormais se doter d’un « Hubmaster » ou du moins disposer de ces compétences ?

La fonction de Hubmaster telle que je la décris dans le livre correspond à l’équivalent d’un directeur de la communication, mais de la communication globale. Il aurait la charge de tout ce qui concerne l’influence de sa marque dans les médias, sur le Web, le mobile et le terrain ; bref, sur tous les supports et les relais possibles de son image. Il s’agit donc à mon sens d’une fonction cruciale dans l’entreprise, ou dans tout type d’organisation, qui fédèrera l’identité offline et online, internet et externe d’une structure, avec la capacité d’arbitrer en temps réel. Ce qu’il faut bien comprendre en revanche, c’est qu’il ne suffit pas de se doter d’un Hub master pour adapter, d’un coup de baguette magique, son organisation à cette nouvelle communication « anywhere, anytime, anydevice ». Il faut, pour avoir un impact, entrer dans une véritable démarche de Hub management qui réunisse autour de la table l’ensemble des compétences et des générations de l’entreprise (Baby boomer, Génération X et Génération Y), dans une stratégie d’influence de marque claire et structurée.

Vous travaillez dans un cabinet ministériel. Vos théories ont-elles déjà été misent en œuvre dans le cadre d’une communication publique ou en réaction à un buzz critique envers le pouvoir politique?

Je dirais plutôt que ma fonction actuelle me permet d’être en bonne position d’observation pour tout ce qui concerne la communication temps réel, les problématiques de crise permanente. Cela dit, l’écriture de ce livre et la réflexion qu’elle porte est le fruit de dix années d’expérience dans tous les domaines de la communication et des médias, dans toutes les composantes de ce que j’appelle la médiasphère du Hub. J’ai donc compilé l’ensemble de ces expériences, passées et présentes, pour élaborer mon approche globale du 360°. Au-delà de ça, il y a véritablement dans le livre une approche de praticien avec des choses que j’ai faites ou vues tout au long de ma carrière : les 101 actions que je propose dans l’ouvrage sont composées de certains conseils que j’ai personnellement appliqué, d’autres que l’on pourrait appliquer ; idem pour la partie « erreurs à éviter » qui sont souvent du vécu ! Enfin, lorsque j’aborde le chapitre consacré aux outils, je le fais parce qu’il répond à une problématique incontournable de ma démarche : faire partager au plus grand nombre, aux experts comme aux non-initiés, les moyens existants pour mieux communiquer en temps réel. Au lecteur ensuite d’adapter ces outils en fonction de ses problématiques propres, et plus largement de personnaliser ce Guide de l’influence selon son secteur d’activité. C’est le dernier mètre qu’il lui restera à parcourir.